Caroline SURY

×××

Bande dessinée Artiste Illustratrice

Caroline construit un univers graphique autobiographique à l’aspect faussement enfantin ou art brut, nous entraînant sur les chemins mal entretenus et chaotique du souvenir tout à la fois amusant, ironique, naïf, érotique et trash, des trucs déglingués… 

L’artiste française Caroline Sury est diplômée de l’école des Beaux-Arts de Bordeaux en 1989. Son premier recueil sérigraphié, « Scènes d’un cirque », est édité chez Maubec éditions. En 1993, Caroline Sury devient co-fondatrice avec Pakito Bolino des éditions marseillaises Le Dernier Cri. Elle devient ainsi l’un des fers de lance de l’avant-garde éditoriale et graphique des années 90 en éditant et en imprimant à la main des livres imprimés en sérigraphie au tirage limité et à l’iconographie punk se singularisant ainsi par cette approche artisanale, ouvertement underground. A cette occasion elle publie ses carnets rapportés du Mexique Le stylo à strip-tease en 1994, « Holidays in bloody land » en 1996 sur Londres et Glasgow et « Frida Gastro » en 1997, suite à un séjour… à l’hôpital. Caroline Sury publie également ses planches de bandes dessinées dans le magazine suisse Strapazin et les Requins Marteaux, 2 albums sont parus chez L’Association et sa bande dessinée « Un matin avec mademoiselle Latarte » éditée par Le monte en l’air est sélectionnée pour le festival d’Angoulèmes 2020.  

On reconnaît tout de suite les dessins de Caroline Sury, elle utilise des éléments du quotidien papiers découpés, stylos bic, encres de chine, pour construire un univers graphique autobiographique à l’aspect faussement enfantin ou art brut, nous entraînant sur les chemins mal entretenus et chaotique du souvenir tout à la fois amusant, ironique, naïf, érotique et trash, des trucs déglingués… des dessins aux côtés ratés, mal dessinés.
 Dans ses derniers travaux, une série de personnages découpés dans du papier, la technique du découpage lui permet de concentrer, d’épurer la forme et la couleur dont elle ne conserve que l’absence, le noir, pour faire passer la figure humaine de ses personnages à son aspect graphique le plus immédiat et essentiel celui du pur motif, de l’ornement, de la nature morte et donc en quelque sorte de la vanité.

Quelques réalisations...

Un matin avec Mlle Latarte - Le Mont en l'Air
Marseille, quelle histoire ! - La cité phocéenne des origines à nos jours - Gaussen Editions
Cou tordu - L'Association
Grigri - et bien d'autres parutions - La Gangue éditions

SES OEUVRES

×××